Vers une prise en charge plus personnalisée et bienveillante des personnes en surpoids


Publié le : 04 Déc 2018

Vers une prise en charge plus personnalisée et bienveillante des personnes en surpoids

Hypertension artérielle, diabète de type 2, troubles cardiovasculaires… Compte tenu des risques qu’ils font peser sur la santé, le surpoids et l’obésité doivent être pris en charge efficacement. Focus sur les principales mesures à appliquer pour accompagner vos patient(e)s dans leur perte de poids.

 

Surpoids : comprendre et accompagner sans culpabiliser

 

Si le surpoids est souvent lié à une alimentation déséquilibrée et à la sédentarité, il peut aussi être favorisé par de nombreux autres facteurs comme :

 

  • un stress important ;
  • des déséquilibres hormonaux ;
  • la prise de certains traitements médicamenteux (ex. : antidépresseurs, corticoïdes) ;
  • des prédispositions génétiques héréditaires ;
  • l’arrêt du tabagisme sans accompagnement médical…

 

Dans ses recommandations de bonne pratique, la Haute Autorité de Santé conseille aux médecins de rechercher ces facteurs favorisant durant le bilan initial et « d’éviter tout discours culpabilisant qui ferait de la personne en excès pondéral la seule responsable de son poids ».

 

Le surpoids : de mieux en mieux compris et pris en charge

 

Non contentes de mettre à jour plusieurs facteurs amplifiant le stockage des graisses, les dernières études ont aussi démontré que la localisation du tissu adipeux joue un rôle déterminant dans l’apparition de diverses maladies : l’excès de graisse viscérale (graisse située en profondeur dans l’abdomen) serait le principal responsable de l’augmentation des risques santé. En parallèle, la souffrance psychologique, les problèmes d’estime de soi et les diverses brimades auxquelles sont confrontées quotidiennement les personnes en état de surcharge pondérale sont mieux reconnues. Il est essentiel de les prendre en compte et de faire preuve de bienveillance pour améliorer la prise en charge de vos patient(e)s.

 

Alimentation saine et sport : la base de la plupart des programmes d’amaigrissement

 

Même s’il existe plusieurs approches complémentaires pour optimiser la prise en charge des personnes en surpoids, une alimentation équilibrée et la pratique d’une activité physique restent les deux grandes mesures phares. En pratique, vous devez surtout :

 

  • recommander un sport compatible avec l’état de santé de vos patient(e)s. Sachant que les sports d’endurance comme le cyclisme ou la natation peuvent être efficaces contre la graisse viscérale s’ils sont pratiqués régulièrement ;
  • les mettre en garde contre le célèbre « effet yo-yo« . Mieux vaut suivre une alimentation saine au quotidien que d’enchaîner les régimes pour perdre durablement du poids ;
  • leur donner des conseils pour corriger leurs erreurs alimentaires : limiter les produits industriels, trop gras et/ou trop sucrés, privilégier les fruit et légumes frais de saison, les céréales complètes, les cuissons sans matière grasse ajoutée etc.

 

Quid des autres mesures ?

Chaque programme doit être personnalisé selon les facteurs de prise de poids détectés. Parfois, il faut surtout faire appel à des activités ou des technologies anti-stress, combattre des troubles du sommeil ou encore modifier un traitement médicamenteux pour favoriser la perte de poids. Une prise en charge pluridisciplinaire, faisant par exemple intervenir un médecin nutritionniste et un psychologue, peut aussi être nécessaire dans certains cas.

 

Boostez la motivation de vos patient(e)s

 

Perdre du poids peut demander beaucoup de temps et d’efforts. Si bien que de nombreux patient(e)s se démotivent et ont envie d’abandonner leur programme d’amaigrissement, même en ayant parfaitement conscience des risques pour leur santé … Pour les convaincre de persévérer, il faut faire preuve de beaucoup de psychologie et d’une bonne écoute. S’ils expriment des doutes, rassurez-les sur leurs capacités à maigrir. Déculpabilisez-les aussi s’ils ont fait un petit écart alimentaire : tant que cela reste ponctuel, ce n’est pas bien grave…

 

Cela étant dit, il est nettement plus facile de booster leur motivation lorsqu’ils peuvent constater rapidement les résultats de leurs efforts. Si ces derniers tardent à se manifester, vous pouvez envisager d’activer la lipolyse adipocytaire à l’aide de diverses techniques : un dispositif médical 100% mains libres peut s’avérer efficace par exemple.

 

 

 

* Source : Haute Autorité de Santé (HAS)

« Surpoids et obésité de l’adulte : prise en charge médicale de premier recours », Septembre 2011, page 7

Document pdf consultable sur https://www.has-sante.fr

 

 

Nouveau call-to-action

Laisser un commentaire :


© 2018 Markentive